Moh Blog

Moh

29 février, 2008

 

LE JUGE ET LA BOUTEILLE


La blogoma s’intéresse à la bavure Mourtada. Si la gâchette est rebelle, la détente cale quand les postes ou les commentaires osent rouler les R. Respect pour certains, retenue ou prudence chez les autres et pour cause. Les opinions ont leurs limites et la sincérité ne justifie pas toujours le risque. On ne sait jamais.

Chez nous on ne lève pas les yeux au niveau du regard du père, on ne rend pas la parole aux plus âgés, et on se range quand les grands causent. On baise la main. Par respect. On béni la raclée du fkih, la baraka y est. On parle de ceux qu’on déteste parce qu’on n’ose pas leur dire. Hchouma. On déteste les riches mais on honore «La grande maison». C’est Dieu qui leur a donné. On prêche les vertus de la soumission et pendant très longtemps on est resté comme ça. L’Imam bouscule les versets du vendredi pour faire de la place à ses décrets. Pas forcement les écris. Les fidèles gardent l’œil sur les babouches. Pas forcément les leurs. On mesure, on se mesure, on se surveille et on s’habille à sa taille. le couscous et les feux rouges se disputent la priorité des commendements.. et mon clavier s’en va hors sujet

Moi qui voulais parler le la bouteille de Larbi. Une bouteille qui porte un message pour les barracudas off shore en furie de carnage de la dignité de tous les marocains. Un message qui annonce que le sujet a rompu avec la syntaxe des madrasas du père. Un message qui me fait dire que «matkish bladi» n’est pas seulement pour les fous de Dieu et les pédophiles.

Que les explosions d’humeur gratuites et les agissements arbitraires, pour prouver qu’on peu faire peur, lèsent le Maroc et les marocains d’ici et d’ailleurs, plus que les campagnes de la terreur.

Qu’on n’a pas besoin de militer pour une agenda, de faire dans la politique, ou trader dans le sang pour être honnête, citoyen, et utile.

Qu’une bouteille peut servir à autre chose que de péter un rectum ou faire chanter du bicot. En stéréo s’il vous plait puisque le monde est à l’écoute.

Que les fourmis ont appris des choses à Alexandre, et que le grand Salomon les écoute aussi. C’est écris pour ceux qui savent, qui veulent, ou qui peuvent lire.

La bouteille de Larbi a pris la vague! L’océan est vaste mais elle surf, et elle a du pollen à la poupe. Rabat, Paris, Monreale, Bruxelles, Madrid, Amsterdam, Washington.. On arrive toujours tant qu’on essaye. L’étincelle ne chauffera pas la piaule je sais! mais d’autres suivront. À visages et sentiments retenus pour l’instant mais pour un instant seulement. Qui sait.

Parce que derrière les pancartes, il ya des vagues, et il ya quelqu’un bien et vivant.

Parce que la houle monte.. monte et monte, et naviguer à chaise vide ou même roulante n’est pas forcément la bonne solution quand on est seul devant.

L’océan saura-t-il noter la larme d’une bouteille?
La page n’est pas assez profonde pour une plaie aux entrailles.

Ce clavier s’éteint..


Moh

Commentaires:
Une rubrique pleine de BEL ESPRIT et de sagesse imprimes dans un style different du reste et digne d'etre publiee dans un grand journal etranger ( bien entendu!)

En sortant de sa petite coquille pour aller chauffer les esprits (sur une petite echelle mondiale) aussi bien ceux de l' E.U que ceux de la cote East des USA ainsi qu'au Maroc contre l'ordre etabli ,on est en droit de se demander si l'aventurier Larbi ,l'ombudsman' , le dangereux challenger de l'autorite, devenu soudainement aussi gros qu'un boeuf , ne cherche-t-il pas a decrocher un poste ministeriel ou un tres haut poste a responsabilite au Maroc? Ne chercherait-il pas a imiter les autres politiciens qui ont acquis des postes ministreriel par ce chantage premedite et murement reflechi?
Qui sait jusqu'ou il va aller?Il ne cesse de choquer en prenant de gros risques . Il pourrait meme creer SON PROPRE parti politique a la maniere de ceux qui l'avaient precedes dans cette intrigue pour obtenir des postes etc....etc...

Par CONFESSION ETC...ETC....
 
Du grand Moh...

Je m'incline devant ton clavier qui s'éteint du brasier qui t'enflamme tout en faisant gaffe à mon postérieur ;)

Du grand Moh...

Quel bel hommage à Larbi et à sa bouteille perdue dans la mer et retrouvée dans les écumes de ces vagues qui nous submergent de dignité humaine.

"Que les explosions d’humeur gratuites et les agissements arbitraires, pour prouver qu’on peu faire peur, lèsent le Maroc et les marocains d’ici et d’ailleurs, plus que les campagnes de la terreur."

Il fallait y penser et l'écrire...

Tout simplement merci.

PS: Des fois, je me dis que t'es mieux enterré que vivant (Et ce clavier qui s'éteint) :)
 
Beau témoignage, qui honore et à juste titre, le grand Larbi !
 
C'est ma première visite chez toi. Et quelle suprise très belle surprise:) Une très belle plume. En plus, un excellent hommage à l'inégalable Larbi.

Merci pour ce cri du coeur pour le Maroc et les marocains.
 
@ anonym 1-> si tu satires sur le contenu du bas du 2eme paragraphe, l’humour est très fort.

@ dima-> MDR !!!! fais gaffe au postérieur quand tu t’inclines! comme j’ai dit: on surveille.

@anonym 2-> «à juste titre» comme tu dis

@ une marocaine-> du lait et des dattes. Merci pour la fleur :))
 
wow, t'es fort..
trop compliqué pour moi mais j'adore
 
« La page n’est pas assez profonde pour une plaie aux entrailles »

Et les mots resterons écrin des tes profonds dire miroitant les joyaux de ces lendemains qui scintillent et qui peut-être ne viendront jamais…
Sans doute est-il trop tard pour mourir le glaive à la main. Autre époque, autres mœurs, autre cœurs, autres entrailles…autres entailles même jusque dans ces mots qui suintent le dérisoire de l’ultime sentence…de l’ultime bêtise. Les sans culottes du nouveau monde ne sont plus que gueux baisant les mains de leur bourreaux et bientôt peut-être le cul de leur juges
La plus horrible des mort ne peut être que sous le sabre de la bêtise…
Du grand moh…comme j’aime

kb...va-nu-pieds
 
@ kb-> comme tu dis: "Autre époque, autres mœurs, autres cœurs, autres entrailles"
les temps changent mais la valse reste.
 
C'est un plaisir de te lire et de te relire. Mais moi ja sais d'où vient l'inspiration. Il faut avoir été une bouteille à la mer (et au delà) pour en parler. La "bouteille à la mer" a le devoir de rester au dessus des vagues et attendre l'écume (des jours ?) pour être comprise. Allez, au plaisir.

Aoual
 
Moh merci.
c'est tout !

Nb: le merite revient à la famille de Fouad prticulierement sa soeur qui founrit un effort extraordinaire!
 
Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]



Liens vers cet article:

Créer un lien



<< Accueil

Archives

05/2005   06/2005   08/2005   09/2005   10/2005   11/2005   12/2005   01/2006   02/2006   03/2006   04/2006   05/2006   06/2006   07/2006   08/2006   09/2006   10/2006   11/2006   12/2006   01/2007   02/2007   03/2007   04/2007   06/2007   07/2007   08/2007   10/2007   11/2007   12/2007   01/2008   02/2008   03/2008   04/2008   05/2008   06/2008   07/2008   08/2008   12/2008   02/2009   03/2009   04/2009   05/2009   06/2009   07/2009   08/2009   11/2009   12/2009   01/2010   02/2010   04/2010   02/2011   03/2011   04/2011   05/2011   06/2011   07/2011   09/2011   11/2011   01/2012   01/2013   08/2014   12/2014  

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Abonnement Articles [Atom]