Moh Blog

Moh

03 novembre, 2007

 

Le nègre et la RAMe

.


Casablanca Atlas Airport Hotel. L’idée est à l’image de l’Hôtel: Simple. Le reste du bagage peine dans une soute à trop-plein pour nègres-à-devises sucés à blanc. Sans choix. Sans RAM.

La navette rouge RAM dite de courtoisie, est machinée par un Chauffeur-cascadeur qui fait du sinueux à 105km/hm, agresse les passagers, et déteste les enfants. Le voyage dure 5mn, le temps d’éterniser une mémoire douloureuse.

La chambre bien que double est dotée d’une seule petite serviette, blanc sale, qui sent le fongus parce qu’elle n’a jamais le temps de sécher, et parce que Casablanca a des problèmes d’humidité. Les toilettes de la chambre sentent le frais-chié et des parce-que à propos du lit visiblement amputé d’une jambe.

Parce que la bouffe est mauvaise et exorbitamment chère, qu’il ya des employés saboteurs qui ne tirent jamais la chasse, parce que la RAM paye mal, parce que Si Brahim est vaincu par le sucre, parce que sa direction Mr Alami ne se déplace pas pour le publique en détresse, parce qu’il est neuf heures du soir, et qu’ON vole où ON ne vole pas, ON fait tous dans le noir, parce qu’ON n’a que trois étoiles et parce que rien ne plaira jamais à personne parce qu’ON est jaloux, parce qu’ON déteste ce Maroc 2012 et parce qu’il ne pleut plus, et par-ce-qu-’ON s’en fou! Au Maroc.

Un arrière Maroc où l’illégitime promu responsable par la belle étoile, protège le médiocre qui bien-sûr réfléchi les humeurs. Le vice constelle dans le sens voulu. Celui des étoiles à gage qui font du vous ne pouvez pas refuser. Parce que c’est le destin.
Parce que nous n’avons pas le choix.

«j’ai mal au foie!» soupire le mal logé de conscience. Une sensation qui confond romances et imprudences. Là! ’l’koubouiiida’ en marocain. Ce drive qui bipasse les modulations de fréquences, et qui renvoi aux commendes du juste, tout simplement parce que c’est pour l’autre. Cet autre qui colle en jumeaux refondus siamois –Koubidopages- qui ne RAMe jamais et qui ne peut lâcher ce qu’il est. L’autre capitaine Adib, l’autre caïd qui accuse, l’autre maitre, l’autre journaliste, l’autre Targis et plein d’autres Galileo pour qui les choses ont tournés dans le sens douloureux. Parce qu’agir en citoyen n’est plus gratuit à la tribu de l’Autel sacré.
RAMe qui peu.

Moh


Commentaires: Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]



Liens vers cet article:

Créer un lien



<< Accueil

Archives

05/2005   06/2005   08/2005   09/2005   10/2005   11/2005   12/2005   01/2006   02/2006   03/2006   04/2006   05/2006   06/2006   07/2006   08/2006   09/2006   10/2006   11/2006   12/2006   01/2007   02/2007   03/2007   04/2007   06/2007   07/2007   08/2007   10/2007   11/2007   12/2007   01/2008   02/2008   03/2008   04/2008   05/2008   06/2008   07/2008   08/2008   12/2008   02/2009   03/2009   04/2009   05/2009   06/2009   07/2009   08/2009   11/2009   12/2009   01/2010   02/2010   04/2010   02/2011   03/2011   04/2011   05/2011   06/2011   07/2011   09/2011   11/2011   01/2012   01/2013   08/2014   12/2014  

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Abonnement Articles [Atom]