Moh Blog

Moh

22 juin, 2007

 

couscous -suite et fin-



Bouffée «laïque» -accolades bien serrées- dans la politique marocaine. Circulaire du Ministère des Habous: « Cette circulaire enjoint aux imams, prédicateurs et mourchidate, désireux de prendre part aux prochaines élections, de demander à être relevés, provisoirement, de leurs fonctions et un mois avant la date du scrutin ». ALM. Un moi avant, c’est mieux que rien.

Flash-back:

Les plus de quarante-ans ont vécu la crise identitaire du politique marocain des années 70-80. Plomb, matage et fragmentation de l’opposition, défrancisation (arabisation pour les tendres), pouf de l’alternance etc.. Les analystes tirent l’alarme, prédisent l’inévitable montée des idéologies fondamentalistes. Feu Hassan II tire la chasse sur le Tarot. Il avait à moitié raison, celle du plus fort.

L’autre moitié domine la scène politique d’aujourd’hui. L’islamisme sous toutes ses formes, du tendre consommable produit local, aux mouvances radicales de l’apocalypse nées ailleurs, dressent les filets de salut. Imarat-Al-Mouminine perd l’exclusivité du halot. A défaut de la liberté tout court, les fondamentalistes offrent du tu-l’aura-avec-du-vin-là-haut, si ici bas, tu te la file le hijab et la «ceinture de liberté»

"Donne-moi tes pauvres, tes exténués
Qui en rangs pressés aspirent à vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête me les rapporte
De ma lumière, j'éclaire la porte d'or !"

Poème d’Emma Lazarus gravé sous la ‘statut de liberté’

Fin du flash-back

La Moudawana qu’on dit à coté de la chariâa, la circulaire des Habous et autres toutes petites lumières aussi retardataires et aussi infimes qu’elles soient laissent entrevoir qu’au Maroc le concept de séparation de la foi et de l’état est chose plausible, ne serais-ce que par nécessité.

La séparation de l’état d’une religion dont il ne peu plus se servir, est mûr pour le débat.
Les programmes politiques s’affichent sur les tribunes de la campagne électorale, et qu’est ce qu’on a faim! Qui aura l’audace de lancer du haut de la tribune que nos mosquées sont pour dieu comme dit le coran, que nos mosquées n’appartiennent qu’à ceux qui y prient quelque soit leur couleur politique, leur statut, la longueur de leur barbe ou celle de leur note de bar. Que Dieu n’est pas propriété des hommes, d’un pays, d’une secte, d’un parti, et en aucun cas n’est jamais raison pour endoctriner ou tuer l’innocence et le juste. Qui n’a pas pêché, plutôt qui a pêché, plutôt qui saura juger lequel de nous est plus musulman que les autres. A quoi servent les partis musulmans, entre musulmans dans un pays musulman?

Ma page s’achève.

Moh


Commentaires:
u mean...no more blogging for u?
 
tnx for the visit foulla.. I'll be back.
 
Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]



Liens vers cet article:

Créer un lien



<< Accueil

Archives

05/2005   06/2005   08/2005   09/2005   10/2005   11/2005   12/2005   01/2006   02/2006   03/2006   04/2006   05/2006   06/2006   07/2006   08/2006   09/2006   10/2006   11/2006   12/2006   01/2007   02/2007   03/2007   04/2007   06/2007   07/2007   08/2007   10/2007   11/2007   12/2007   01/2008   02/2008   03/2008   04/2008   05/2008   06/2008   07/2008   08/2008   12/2008   02/2009   03/2009   04/2009   05/2009   06/2009   07/2009   08/2009   11/2009   12/2009   01/2010   02/2010   04/2010   02/2011   03/2011   04/2011   05/2011   06/2011   07/2011   09/2011   11/2011   01/2012   01/2013   08/2014   12/2014  

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Abonnement Articles [Atom]