Moh Blog

Moh

10 novembre, 2006

 

Tondeur de nuages

Quand les soupapes sont trop gonflées je régresse. L’enfant sort balader son nuage dans les champs. N’importe. Pourvu qu’il y ait suffisamment d’air pour ne pas réfléchir. Si le nuage est trop gris à trainer, j’ai ce qu’il faut: Une vieille boite de sardines, foutue d’une ficelle de pain de sucre qui s’allonge jusqu’à la tendresse de mes quartes ans. Les enfants de mon âge comprendraient. Je déteste le golfe.

Entre les yeux et la tête, j’ai du perdre la dernière le jour ou je me suis offert un tracteur. Un vraie avec toutes sortes d’attachements intimidants. Ma boite de sardines ressuscitée en divan à décompression excessive. L’imagination et la bêtise!

La manette PTO engagée, je pousse l’RPM juste au-delà de la zone permise. Puisque je conduis, et que ça pète du tonnerre et que ça vibre de partout, je ne peu rien expliquer. La furie du Bushhog, un outil aussi redoutable que son nom se déchaine. Un peu ‘Bush’, un peu cochon version sauvage: ‘Hog ‘ en américain. Décapitant!

"le novice et la tondeuse à destruction massive".. Chapitre sur l’ère Bushit. Si vous pensez caca du taureau, vous en savez déjà trop.

Le champ est vaste. L’herbe mauvaise, trop touffue, trop faible, trop riche, trop verte, un peu Afghan, un peu Irak provoque. Jankiskhan et Hajjaj Ibnou Youssouf tondeurs d’antan m’interpellent. Au travail!

Les papillons, les abeilles, les fleures paumées, les fourmis, les salamandres, et le reste des ascarides de la douceur s’affolent dans un chaos inimaginable. Quel mess! Ils iront mourir, ou même coucher ailleurs, comme le chien qui a tout compris. Naturel! ils n’y sont pour rien. Un peu comme les Ghazi. Les Palestiniens je veux dire. Du collatéral.

Les oiseaux de proie épient dans le silence de l’horizon la levée d’un rat, ou d’un lièvre. Je lève les yeux pour repérer les somobitches de Halliburton, Enron & Co, le temps de décapiter ma tuyauterie d’irrigation. Bigre! Quel jet!
Une distraction plus loin me met entre un arbre millénaire et la barrière du voisin. J’ai pu éviter la Chine. Quelle manœuvre!

Le reste de la matinée s’est passé avec plein de divertissements..
Le nuage ruminé, les soupapes décalaminées, je désengage, et j’éteins, avant de serrer la main du voisin.
Le champ parait plus vert, ne serais-ce que pour légitimiser le trip. Après tout les démocrates ont repris leurs Amérique.
Dommage que ça préoccupe les squatteurs des champs verts de Bagdad.
Dommage qu’Ed Bradley de CBS ne sera plus de la fête.
Dommage que Paris Match égaré dans la cuisine royale en gestation polichinelle, n’a pas repris le discours sur le Sahara.
Dommage que j’ai quand même à payer pour les dégâts.

Dommage que l’histoire ne soit pas bon prof. Fallait pas s’appuyer sur la cheminée du tracteur. Ca brule!

Promesse, un jour je lirai le p** de manuel d’utilisation pour en savoir plus sur le reste des manettes et tout ces boutons que je suis sûr ne servent à rien.

Heureux quand même d’annoncer que le chien, les papillons, et le voisin sont toujours là.
Tout est bien qui fini bien. Ma page s’achève.

A la prochaine peut être

Moh idwazad@gmail.com


Commentaires: Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]



Liens vers cet article:

Créer un lien



<< Accueil

Archives

05/2005   06/2005   08/2005   09/2005   10/2005   11/2005   12/2005   01/2006   02/2006   03/2006   04/2006   05/2006   06/2006   07/2006   08/2006   09/2006   10/2006   11/2006   12/2006   01/2007   02/2007   03/2007   04/2007   06/2007   07/2007   08/2007   10/2007   11/2007   12/2007   01/2008   02/2008   03/2008   04/2008   05/2008   06/2008   07/2008   08/2008   12/2008   02/2009   03/2009   04/2009   05/2009   06/2009   07/2009   08/2009   11/2009   12/2009   01/2010   02/2010   04/2010   02/2011   03/2011   04/2011   05/2011   06/2011   07/2011   09/2011   11/2011   01/2012   01/2013   08/2014   12/2014  

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Abonnement Articles [Atom]