Moh Blog

Moh

17 septembre, 2006

 

Point de "vue"

Depuis mon stroboscope, le Maroc coincé en point mort pour un quart de siècle, parait bien animé ces derniers temps. Brusque pour certains, trop vite, juste ce qu’il faut, ou pas assez pour d’autres. Tant mieux.
Les couleurs et la politique..

Un copain qui ferme les yeux avant de réfléchir, tien que ce n’est pas le Maroc qui bouge. Que c’est le train des autres qui s’en va. Que le changements forcé par la gravité truande à épicentre nordique, n’est en fait que bousculades et ne peut être qualifié de progrès..
La renaissance hirsute (qui n’est ni politique ni idéologie), la Tunisie bâillonnée, l’Algérie frustrée, le Liban violé par des fils de Bush, l’Irak.. et autres suites caramels d’un flan dessert dont on sert le creux du milieu, puisqu’il y en a pour tous les Iran et autres constellations de l’Axe.. tout y est passé. Passons sur Darfour.

J’ai fini par traiter mon copain d’Hermite, et il m’a traité de néo-quelque-chose. Nous avions tort, mais le flan était bon, sans Remi Martin pour moi merci.
Le Maroc est toujours là, toujours beau, toujours radiant, d’après le Matin du Sahara. Heureusement!

Tout a l’air de bourgeonner au pays, pour ne rien apprendre à ceux qui arrivent à suivre.

Coté cour d’abord:
plein de citées HLMisées, en bidons-métropoles ou la pauvreté se verticalise en immeubles x étages, pour mieux concentrer voire contenir la misère qu’on dirait. L’autruche prend de l’air pour la postérité du privilège. La roue en pleine reconstruction. Qui a pensé aux crevaisons?

Plein d’emplois crées à la FP même qu’ils ne soient pas tous dans la flicaille..
Plein de paumés universitaires flambants verts, pour orner des dessous difficiles à sentir. Plein de diplômes mal reçus, mal placés, mal élevés et je refuse d’être indulgent avec notre élite y compris ses chomeurs.
Appelez moi nihiliste, et je vous rentre dans la Justice, l’Education, la Santé et autres souillures "Grand Mal", masquées par les convulsions d’un semblant ‘New Deal’ wannabe trop svelte, sans attelages socio économiques et politiques crédibles, pour nous arracher d’une torpeur qui n’a fait trop durer.
Le one man show a ses limites, même avec trente millions de fans..
«Il faut donner du temps au temps» que j’ai avalé, il fut près d’un quart du siècle. Fallait être indulgent avec le pays chéri. La Corée du Sud n’était pas encore née.

Coté Jardin -en rallonge optimiste-:
La société civile est de nos jours une réalité mesurable. Les grass-roots sont plantés et sont entrain de germer, toutes gamètes confondus. Il y en a pour tous les goûts au bled: Le surpris, le sceptique, le nostalgique, l’enthousiaste, le qui ne s’est pas encore réveillé même qu’il y en a qui brûlent des étapes… Un peu trop vite pour certains, un peu trop gauche pour d’autres, trop lent pour les impatients comme moi, mais l’écho social est devenu audible, pourvu qu’il s’organise en dialogue constructif, civile et citoyen.

Espérons, ne serais-ce que pour nos enfants.

Moh

idwazad@gmail.com

Réaction au point de "vue" d’un poète nommé Kb:

Rebelle est la parole qui ne prend d’allure que dans la voix de la sincérité qui accroche le fond à la forme...
D’aucuns chevaucherons la mouvance à grands « haros » sur le baudet où l’âne n’est point celui à qui on pense.
Faut-il prononcer « changement » pour que soit l’avance ?
Annoncer la couleur est de mise sur le tapis vert quant le sort est jeté sur le carreau que l’on croyait carré... d’as ou de roi, quelle est la différence…
Le temps a cessé de donner et de l’impardonnable il reprend ses droits. Ceux l’ayant compris avancent, troquant la parole contre l’acte, piétinant notre patience à grands coups de canons devant l’urgence.
De son mouvant terrain, disent-ils, occupez la chose car de l’acte ne seront témoins que ceux ayant goûté l’engeance de la manipulation, un flan certes... mais si doux à leur sens.
Une satisfaction tout de même, aussi maigre soit-elle, dans cette voix qui arpente avec une sincérité déconcertante le côté cour comme le côté jardin, cueillant les mots qu’il faut, là où il aurait fallu prendre acte, pour nous conter tout le vrai de cette cacophonique romance.
Merci Moh d’avoir fait acte de présence…d’esprit, et joint le mot à ta pensée pour nous balancer la vérité toute crue... ce qui à défaut de flan n’est certainement pas de la tarte.
Merci encore grand maître des mots

Kb...côté rue


Commentaires: Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]



Liens vers cet article:

Créer un lien



<< Accueil

Archives

05/2005   06/2005   08/2005   09/2005   10/2005   11/2005   12/2005   01/2006   02/2006   03/2006   04/2006   05/2006   06/2006   07/2006   08/2006   09/2006   10/2006   11/2006   12/2006   01/2007   02/2007   03/2007   04/2007   06/2007   07/2007   08/2007   10/2007   11/2007   12/2007   01/2008   02/2008   03/2008   04/2008   05/2008   06/2008   07/2008   08/2008   12/2008   02/2009   03/2009   04/2009   05/2009   06/2009   07/2009   08/2009   11/2009   12/2009   01/2010   02/2010   04/2010   02/2011   03/2011   04/2011   05/2011   06/2011   07/2011   09/2011   11/2011   01/2012   01/2013   08/2014   12/2014  

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Abonnement Articles [Atom]